Parc des Bastions


Parc des Bastions
Parc le plus populaire et le plus fréquenté à Genève

Le parc des Bastions est un parc au centre de ville de Genève très fréquenté par la population.

 Pour commencer, ce lieu de distraction réunit toutes les générations tout au long de l’année.

S’y déroule de nombreux événements tels que la Fête de la musique, les promotions des écoles enfantines ou encore la fête nationale suisse du 1er août. Mais il accueille également des expositions temporaires de photographies et représente le lieu de départ et d’arrivée de la course de l’Escalade si chère aux genevoises et genevois. Enfin, son kiosque à musique est aujourd’hui un restaurant. 

On vient au parc des Bastions pour jouer aux échecs (des échiquiers géants sont à disposition), avec les enfants (un espace de jeux existe) ou encore pour flâner. 

De plus, de nombreux étudiant.e.s arpentent ses pelouses : l’Université de Genève possède un bâtiment au sein du parc. 

Son histoire 

Il faut savoir que la surface du parc des Bastions est de 64 968 m2.

En premier lieu appelé « Belle promenade », il est aménagé dès 1720 afin d’offrir aux habitantes et habitants une promenade à l’intérieur des remparts de la ville. Par conséquent, il permettra notamment, lors de l’épidémie de la peste Marseille, de prendre l’air lors de la restriction des déplacements destinés à protéger la ville de la contagion.

Ensuite lors de la période de rattachement de Genève à la France, le parc abritera des écuries destinées à la cavalerie des troupes de la garnison. Puis les écuries seront détruites durant l’hiver 1816-1817, en pleine période de disette. Après cela, le parc des Bastions deviendra un champ de pommes de terre. 

A ne pas manquer

 

Volée 2019-2020 DAS

 

Note:

Cette page a été réalisée dans le cadre du module de référencement du DAS Communication Digitale, Expertise Web et Réseaux Sociaux, à l’Université de Genève. Elle a été conçue par Ana Regueiro.

Ce module a été animé par Monsieur Florian Bessonnat, spécialiste en référencement SEO pour l’Université de Genève.