Alhambra, Genève

L’Alhambra, une salle de spectacle emblématique de Genève

 

L’Alhambra, une histoire centenaire

 

Alhambra, Genève
Façade principale de l’Alhambra

Œuvre de l’architecte Paul Perrin inaugurée en 1920, l’Alhambra est une salle de spectacle polyvalente chère au cœur des genevois et des genevoises. Initialement dénommée Omnia, comme une inscription sur la façade du bâtiment l’atteste toujours, l’Alhambra s’impose à sa création comme une des plus grandes salles de cinéma suisse. Son équipement de projection est sans cesse à la pointe des avancées techniques. Dédiée dès son origine au 7e art et aux spectacles de scène, la salle sera la première en Suisse à projeter des films parlants dès 1928, et à accueillir des films en couleur dans les années 1950. En 1961, face au déclin de son activité, la salle est revendue à l’Etat de Genève, qui finira par en transférer la propriété à la Ville de Genève en 2000.

 

Menacé de démolition dans les années 1970, une vaste mobilisation citoyenne menée par l’architecte Sandro Rossetti et l’historienne Isabelle Brunier permettra de sauver l’Alhambra. L’édifice sera ainsi pérennisé dans sa vocation au service de la vie culturelle et associative. En 1996, l’Etat de Genève classe le bâtiment en monument historique. Sa magnifique rénovation a permis de conforter l’Alhambra dans son rôle d’accueil des artistes et du public au cœur de Genève.

 

La rénovation de l’Alhambra

Nouvelle annexe de l’Alhambra dans l’alignement du bâtiment d’origine

Fermée au public de 2012 à 2015, la rénovation de l’Alhambra a été réalisée par le cabinet d’architecte genevois Architech.ch. La rénovation, rendue nécessaire par l’âge vénérable du bâtiment, visait à améliorer les conditions d’accueil des artistes et du public, dans le respect des éléments patrimoniaux du bâtiment.

Une attention toute particulière a été accordée à la modularité de la jauge. Ainsi, la mise en place d’une plancher mobile autorise désormais une variété de dispositif (concerts debout ou assis) pour une capacité totale pouvant atteindre 1100 spectateurs maximum sur 3 niveaux. La construction d’une annexe au style résolument contemporain dans le prolongement de la cage de scène constitue un autre élément important de la rénovation. Cette annexe permet à l’Alhambra d’offrir de nouveaux espaces indispensables à son bon fonctionnement : des loges spacieuses et confortables, des espaces administratifs et des ateliers.

La décoration intérieure de la salle et des espaces d’accueil a été confiée à l’artiste plasticienne Carmen Perrin. Celle-ci a imaginé un habillage sophistiqué dans un dégradé de gris, d’or et de rouge : un bel hommage à l’histoire de l’Alhambra comme à sa vocation renouvelée au service des arts de la scène.

 

Les modalités de location de l’Alhambra

Détail de la façade principale de l’Alhambra : enseigne lumineuse

Aujourd’hui, l’Alhambra fait partie des scènes culturelles de la Ville de Genève au même titre que le Victoria Hall, le Casino Théâtre ou le théâtre Pitoëff. Depuis sa réouverture au public en 2015, la Ville de Genève a confié un mandat de gestion à l’association des usagers de l’Alhambra (ADUDA). Les missions principales du mandant sont la location de la salle, la coordination de la programmation, la promotion de la salle et l’accueil des artistes et du public.

L’ADUDA est actuellement composée des associations suivantes :

 

La salle de l’Alhambra a pour vocation d’accueillir à titre principal des concerts de musiques actuelles, ainsi que des projections dans le cadre de festival de films. Les demandes de location de l’Alhambra pour des manifestations doivent être adressées à l’ADUDA, via un formulaire ad-hoc disponible sur le site www.alhambra-geneve.ch. Le site internet fournit également des informations détaillées sur les modalités de location de la salle de concert de l’Alhambra, son équipement, ses caractéristiques techniques, ses conditions d’accès, une galerie photos ainsi qu’une visite virtuelle à 360°.

 

Découvrez d’autres lieux emblématiques de Genève :

  • La salle du Victoria Hall, Genève
  • La Broken Chair di Ginevra (Massimo Caine)
  • Centre Boudhiste Genève (Ted Beaubrun)
  • Sculpture « Arch Leg » de Henri Moore, Genève (Polyanna Welsh)
  • La ruelle Sautier, la plus petite rue de Genève (Cédric Tonoli)

 

Cette page (texte, photos et mise en ligne) a été réalisée par Jean-Alexis Toubhantz dans le cadre du module Référencement du DAS en communication digitale, expertise web et réseaux sociaux 2020-21 de l’Université de Genève, donné par Florian Bessonnat, spécialiste en référencement SEO.