Bérengère Mouron, Genève

Bérengère Mouron, Genève
©Julien Cochet

Découvrez l’autoportrait de Bérengère Mouron au travers de ses réalisations personnelles et professionnelles.

 

 

Enfance et adolescence

Bérengère est née à Genève en juillet 1986. Elle grandit dans un petit village de la campagne genevoise. Elle a une enfance sportive et s’adonne à de nombreuses activités, telles que l’équitation, la boxe, le cirque, le tennis et le ski.
Un fois l’école primaire terminée, Bérengère intègre le cycle d’orientation de Pinchat en section Scientifique, puis Moderne.
Pendant son adolescence, Bérengère évolue dans le milieu associatif Genevois (Croix-Rouge Jeunesse et Le Groupe Sida Genève).

Premier pas dans la vie active

En 2004, elle débute un apprentissage d’employée de commerce à Genève et obtient en 2007 un diplôme de spécialiste en Transport et logistique.

Soucieuse de l’environnement, Bérengère se rend compte que cette orientation professionnelle ne convient pas à ses idéaux écologiques. Elle décide de reprendre des études dans le secteur social.
Durant l’année 2007-2008, elle trouve une place d’aide dans un espace de vie enfantine, la Villa Mauresque. Cependant, son envie d’indépendance, de liberté et de découverte d’autres cultures, la décide à faire une pause pour prendre une année sabbatique et voyager, avant de s’engager pleinement dans la vie active.

Besoin de liberté et d’indépendance

Depuis sa plus tendre enfance, Bérengère Mouron aime la diversité, la découverte de nouvelles cultures. Pour pleinement assouvir ses passions, elle entreprend de nombreux voyages ; des États-Unis à la Jordanie, de l’Australie à la Finlande, de l’Afrique du Sud au Sénégal. Bérengère ne s’arrête jamais de voyager.
Pas étonnant, donc, qu’elle ait décidé, en 2009, de partir, seule, une année durant. Elle découvre seule, l’Australie, un pays l’attirant depuis l’enfance, et approfondit ses connaissances sur l’Asie, notamment la Thaïlande.

De retour de son aventure, Bérengère retrouve une place d’aide en ville de Genève pour passer le concours d’entrée à l’ESEDE. Elle y est acceptée et obtient, en février 2014, u diplôme d’éducatrice de l’enfance (diplômée ES). Avec ce nouveau diplôme en poche, elle intègre en octobre 2014, la crèche du Léman située dans le quartier des Pâquis.

Premier pas dans le monde du digital & des réseaux sociaux

Toujours soucieuse du bien-être et de l’évolution de la condition féminine de par le monde, Bérengère lance en juin 2015, en partenariat avec son amie Mahé Moulinasse, le Poufington Post, un webzine engagé et à 100% consacrée aux femmes.
Avec un lancement ciblé sur les réseaux sociaux et la création d’un blog, le Poufington Post, trouve facilement sa place auprès de son audience.
Cette première expérience dans le digital, Bérengère trouve un excellent moyen de mettre à profit ses deux passions : l’écriture et le féministe.

Changement de vie radical

Début 2017, Bérengère apprend une nouvelle aussi merveilleuse qu’inattendue : elle est enceinte. Très vite, après avoir passé plusieurs tests, les médecins détectent une anomalie physique importante à son bébé, sans pour autant pouvoir confirmer son étendue à 100%.
Bérengère met alors sa vie entre parenthèses pour se consacrer à sa grossesse. Elle doit intégrer l’éventualité malformation avec laquelle son fils allait naître. Elle décide de prendre un congé parental de deux années.

Anton naît en septembre 2017 et, malgré le bonheur et l’ivresse que cette naissance apporte à la jeune maman, les médecins confirme une sévère malformation, à savoir une atrésie de l’œsophage de type 1. Bérengère comprend alors qu’un long combat pour la santé de son fils se profile à l’horizon. Durant plusieurs mois, elle doit faire face à de nombreuses épreuves.

Après sa naissance, Anton est hospitalisé pendant près d’une année à (à l’Hôpital Universitaire de Genève). Entre les trajets constants entre hôpital et maison, Bérengère ne vit plus que pour lui. Sa vie personnelle et ses projets professionnels sont totalement mis entre parenthèses. Après plusieurs opérations infructueuses, celle d’avril 2018 est la bonne et Anton sort de l’hôpital en juin 2018. Même si le combat n’est pas encore gagné, l’espoir retrouve sa place pour Bérengère et sa famille.

2019 – L’année de la reconversion

Après deux ans de congé parental, Bérengère Mouron retrouve son emploi d’éducatrice, toujours au sein de la même crèche.
Pourtant, à la suite des deux années écoulés, elle prend conscience qu’il est devenu trop difficile pour elle d’évoluer dans le secteur de la petite enfance, et de s’occuper d’autres enfants, après les durs mois qu’elle a traversés, et les difficultés qu’elle vit encore au quotidien, avec son propre fils.

En juillet 2019, après la reprise de son activité au Poufington Post, elle décide de rejoindre son associée, Mahé, dans un nouveau projet, avec comme idée de se reconvertir au métier de Community Manager et d’ouvrir, à deux, une agence Social Media à Genève.
Durant les mois qui suivent, elle se forme au Community Management, grâce aux conseil de son associée. Elle participe à des formations UDEMY, tout en se spécialisant, pour le réseau social INSTAGRAM. Bérengère Mouron et Mahé Moulinasse ouvrent officiellement Fifty Bux à Genève en juin 2020.

2020 – Nouveau travail, nouvelle vie

En parallèle, Bérengère intègre en novembre 2020 l’agence de son associée, Kwoat Online (nouvellement Kwoat Agency). Celle-ci propose également des services de Community Management en France, en Espagne, en Italie, et en Belgique ainsi que sur le site de micro services 5 euros. Grâce à cette expérience, Bérengère élargit ses connaissances et son aptitude à communiquer auprès d’une audience plus large et différente de celle de l’agence Fifty Bux.

Pour développer son agence, étoffer et valider ses connaissances du milieu digital, Bérengère décide de s’inscrire une formation continue offerte par l’Université de Genève, en vue d’obtenir un CAS (Certificate of Advanced Studies) « Communication digitale et réseaux sociaux ».Cette expérience bénéfique, lui permet d’élargir ses compétences dans les différents aspects des métiers du digital, ainsi que de se créer un réseau avec d’autres aspirants de sa promotion.

Vous pouvez contacter Bérengère, à tout moment via ses profils de réseaux sociaux :

Bérengère, vous invite à découvrir les profils des autres élèves avec qui elle a suivi le CAS :

 

 

Leave a Comment