Pavillon Sicli, Genève

Le Pavillon Sicli, un bâtiment emblématique dans l’art des structures en béton armé

Pavillon Sicli, vue sur la coque en béton
Pavillon Sicli, Genève

Situé au cœur du PAV (Praille-Acacias-Vernets), quartier en plein développement de Genève, le Pavillon Sicli est un bâtiment emblématique de l’architecture moderne reconverti aujourd’hui en lieu culturelle affecté au domaine du bâti.

Établi dans la zone industrielle des Acacias, cet édifice remarquable ne laisse personne indifférent. Les spécialistes s’accordent tous à dire que le Pavillon Sicli est l’une des plus grandes réussites dans l’art des structures en béton armé. Cela fait de lui un bâtiment à haute valeur patrimoniale, ce qui explique qu’il est inscrit à l’inventaire des monuments historiques du Canton de Genève depuis 2012.

Acquise par l’Etat de Genève cette même année, l’ancienne usine Sicli est devenue un centre culturel dédié à l’architecture, l’urbanisme et le design, dont la programmation a été confiée à la Maison de l’architecture – MA.

Depuis février 2017, cette responsabilité est dévolue à l’Association Pavillon Sicli qui a repris la programmation culturelle et en assure la coordination. L’Association est portée par ses cinq membres fondateurs:

  • FAI (Fédération des architectes et ingénieurs de Genève)
  • FMB (Fédération genevoise des métiers du bâtiment)
  • HEAD (Haute école d’art et de design de Genève)
  • HEPIA (Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève)
  • MA (Maison de l’architecture de Genève)

L’Association Pavillon Sicli est une plateforme de rencontre pour le brassage d’idées innovantes dans les domaines de l’architecture, l’architecture du paysage, la construction, la gestion du territoire, l’urbanisme, l’ingénierie et le design.

Avec de tels objectifs, les archives d’architecture ont naturellement trouvé leur place au Pavillon Sicli. Rattachées à l’Université de Genève jusqu’en 2016, les archives évoluent aujourd’hui dans le cadre institutionnel de la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (HEPIA). Elles réunissent d’importants fonds pour la connaissance et la conservation du patrimoine bâti de Genève et de sa région depuis 1997. Leur installation dans ces nouveaux locaux est en cours et l’inauguration est prévue en mai 2019.

Origine du bâtiment

Celui qu’on appelle aujourd’hui et communément le Pavillon Sicli, a été construit en 1968-1969 pour accueillir l’usine Sicli, qui est spécialisée dans le «Secours immédiat contre l’incendie» et dont l’activité est la fabrication et la location d’extincteurs.

Pavillon Sicli, vue de la façade du grand dôme
Vue de la façade du grand dôme du Pavillon Sicli

Son directeur de l’époque, Frédéric Rochat, a fait appel à l’architecte genevois Constantin Hilberer, qui s’est lancé dans les formes organiques pour ce projet, et à l’ingénieur civil suisse Heinz Isler pour son savoir-faire et son expertise en matière de voiles minces en béton armé de grandes portées. Ayant réalisé quelques 1500 structures de ce type, Heinz Isler est considéré comme l’un des plus grands spécialistes de cette technique dans le monde.

Concept architectural

Véritable OVNI planté en pleine zone industrielle, l’édifice semble prêt à se poser ou à s’envoler. La coque en béton, telle une voile gonflée ou une coquille d’œuf posée sur le sol, recouvre deux cubes de tailles différentes.

Lorsque l’usine était en activité, le plus grand était réservé à l’exploitation et le plus petit à l’administration. Aujourd’hui encore, la partie administrative est installée dans le petit cube, alors que le grand dôme où se trouvait la fabrique est devenu un espace d’expositions temporaires. En parallèle de la programmation culturelle, des espaces, au nombre de cinq, sont à la location pour des événements publics ou privés, mais toujours en rapport avec la culture du bâti.

Les façades lisses et vitrées aux reflets bleutés contrastent avec les courbes des deux voûtes asymétriques en béton blanc. Tout en transparence, les parois laissent le regard passer à travers le bâtiment, renforçant encore la sensation de légèreté de l’ensemble et lui conférant ce style aérien unique.

Le logo Sicli trône toujours fièrement sur le bâtiment, rappelant son affectation première.

Caractéristiques techniques

Les bâtiments en forme de coque renversée sont courants dans les années 60, mais la particularité du pavillon Sicli, c’est sa coque asymétrique avec deux dômes, véritable prouesse technique.

Réalisée sans murs porteurs, avec une portée de 36 mètres de long reposant sur 7 appuis, la membrane fine en béton est un défi structurel et architectural. Au niveau des appuis, l’épaisseur de la coque ne dépasse pas les 30 centimètres et atteint les 9 centimètres seulement au sommet de la voûte. Pour obtenir cette membrane réalisée en un seul tenant, il a fallu construire une immense résille en bois pour supporter le coffrage, dans lequel le béton a été coulé pendant 3 jours et 3 nuits en continu par une cohorte d’ouvriers.

Pavillon Sicli, un des sept piliers soutenant la coque fine en béton
Un des 7 piliers soutenant la coque fine en béton du Pavillon Sicli

La technique utilisée par Heinz Isler se sert de la tension pure, qui, une fois retournée, devient de la compression pure. Il ne s’agit pas de calculs savants, mais d’un procédé intuitif qu’il a expérimenté dans le cadre de ses recherches. Il recourait notamment à une toile suspendue qu’il solidifiait avec du plâtre ou du gel et qui une fois retournée donnait des volumes à la résistance étonnante. 50 ans plus tard, le pavillon Sicli en témoigne, puisqu’il n’a nécessité encore aucune rénovation.

Autres lieux d’intérêt:

Cette page est réalisée dans le cadre du module Référencement du CAS en communication digitale et réseaux sociaux 2019 de l’Université de Genève, donné par Florian Bessonnat, spécialiste en référencement SEO.