Laurence Dufour, professionnelle de la communication à Nyon

 

Laurence Dufour, Nyon
Laurence Dufour, Nyon

 

Communication digitale et traditionnelle, relations media, gestion de projets, event management, relations publiques

C’est dans de sociétés dynamiques et innovantes que j’ai enrichi mon activité professionnelle. Elles m’ont offert un environnement propice au développement de mes compétences et de mes responsabilités. Depuis plus de vingt-cinq ans, je contribue à la notoriété et à la croissance de mon entreprise grâce à mon engagement et à mon sens de la communication.

 

Mes entreprises phares :

J’aime la diversité : elle me stimule dans ma vie de tous les jours. Curieuse et intéressée par ce qui m’entoure, j’ai vécu des expériences passionnantes, tant au travail que dans ma vie privée.

En 2008, ce parcours de développement m’a permis d’entreprendre des études à l’Université de Genève jusqu’à l’obtention d’un Master en Sociologie en 2019. Ces années académique sont la plus belle chose qui me soit arrivée. Propulsée dans un groupe d’étudiantes et étudiants dont la jeunesse aurait pu m’effrayer, j’ai franchi les nombreuses étapes de mon cursus avec persévérance et succès.

En quoi la sociologie est-elle importante dans la communication ?

Passionnée de sociologie, j’aime faire des parallèles entre l’étude des relations humaines et l’élaboration d’une communication.

Avant tout, pour établir une stratégie de communication efficace, les premières questions à se poser sont :

  • Quelle est ma cible ?
  • Quels sont ses préoccupations ?
  • Comment puis-je répondre efficacement à ses besoins ?

De toute évidence, il n’y a pas qu’un public ! Il y a autant de publics que d’intérêts, de valeurs et de besoins. Chacun d’eux doit faire l’objet d’une étude approfondie afin d’augmenter les chances de le comprendre et de l’atteindre. Ces questions sont à la base de chaque action de communication: qu’elle soit la création d’un site Web, d’une vidéo, d’une publication sur les réseaux sociaux, ou la mise en place d’une campagne publicitaire, d’un événement, etc.

Groupe social versus public-cible

En communication, le public-cible peut être comparé à un groupe de personnes qui se rassemble autour d’un vécu commun de par la similitudes des expériences traversées et des valeurs partagées.  Ce processus, que l’on dénomme socialisation en sociologie, a un impact durable sur la vie des gens. Par exemple, les normes sociétales, l’origine familiale, l’âge, le sexe, le parcours de formation, les hobbies, etc. sont autant de paramètres qui façonnent le comportement des individus et les valeurs qui sous-tendent leurs actions.

On peut dire que la communication a cela de commun avec la sociologie qu’elle travaille à la compréhension des individus et de leurs interactions en tant que membres d’un groupe défini. Raison pour laquelle l’analyse des cibles en communication est importante et doit faire l’objet d’une attention toute particulière.

Définir sa cible d’une manière efficace est un processus passionnant qui s’appuie sur des méthodes et des outils précis de communication. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de suivre le programme du DAS en communication digitale, web management et réseaux sociaux de l’Université de Genève afin d’acquérir l’agilité et les connaissances nécessaires dans un domaine en pleine expansion. 

S’il fallait résumer la communication en quatre points :

  1. Une mise en relation : Une campagne de communication efficace parvient à relier un émetteur à un récepteur. Cela semble une évidence, mais il s’agit bel et bien de créer les conditions favorables afin de capter l’attention de notre audience. Pour ce faire, il faut comprendre son univers, ses pratiques et habitudes, ses besoins et ses envies. Une communication est réussie lorsque la cible s’identifie au message et entreprend une action qui la liera durablement à la proposition et à la promesse de l’émetteur.
  2. Une analyse : L’observation de la cible est nécessaire afin de recueillir toutes les informations utiles à la création d’une communication. Le recueil de données est une étape essentielle que l’on a tendance à sous-estimer. Pour atteindre son public, l’émetteur doit se décentrer temporairement de ses propres représentations pour se centrer sur celles de sa cible.
  3. Des contenus : Une communication sans contenu c’est un beurre sans matière grasse, cela n’existe pas. D’où l’importance de maîtriser l’art de la rédaction sous toutes ses formes. Rédiger ce n’est pas uniquement aligner des mots qui forment un sens, c’est être curieux, inventif, percutant, et surtout intéressant. Notre cible doit être traitée avec considération et respect, au risque de la voir se diriger vers d’autres rédactions.
  4. Des technologies : A l’ère du digital, les outils au service de la communication sont toujours plus nombreux. Tous les maîtriser relève presque de l’impossible, toutefois, le communicant doit être capable d’identifier ceux qui appuierons et propulseront le plus efficacement, et avec succès, sa campagne ou son action. 

Et pour vous ? La communication, c’est quoi ?

Pour me contacter: Profil LinkedInEmail

Cette page a été créée dans le cadre du module “Référencement” du DAS en communication digitale, dispensé par M. Florian Bessonnat.

Autres pages réalisées par les étudiant.e.s du DAS:

Valérie Carminati: Le Musée international d’horlogerie (MIH), La Chaux-de-Fonds

 

 

1 thought on “Laurence Dufour, professionnelle de la communication à Nyon”

  1. Bravo Laurence pour ta présentation et c’est un réel plaisir de collaborer avec toi sur nos différents projets du DAS !

Leave a Comment